Bonne participation à la rencontre de sensibilisation sur la gestion des sols sur le Grand bassin de l’Oust, lundi 14 novembre, à Evriguet (Bassin du Ninian-Léverin et de l’Yvel-Hyvet).
 

Dans le contexte général de diminution des intrants lié à l’évolution de la réglementation (plan Ecophyto 2018 qui vise à diminuer si possible les quantités de produits phytosanitaires de 50%, mesures agro-environnementales sur la préservation des zones humides ou sur réduction de la fertilisation, MAE SFEI (systèmes fourragers économes en intrants)), ou encore dans le contexte économique défavorable actuel, un des enjeux des agriculteurs consiste à repenser notamment les interventions sur leurs cultures :  utilisation des engrais, des produits agropharmaceutiques, des outils de travail du sol, etc…qui doit tendre à la baisse. C’est avec cette donne qu’ils doivent valoriser au mieux les ressources de leur territoire pour tirer le maximum de la potentialité de leurs sols et dégager la marge nécessaire à la pérennisation de leur ferme.

L’objectif est donc de garder un outil productif tout en état moins dépendant des intrants ; l’un des leviers, c’est une bonne gestion du sol afin d’en optimiser son fonctionnement. L’intérêt est double puisqu ‘en optimisant le fonctionnement des sols, on intervient aussi sur le cycle de l’eau. Un sol « écroulé », c’est-à-dire sans structure saine en terme d’agencement physique mais aussi de fonctionnement biologique, sera plus facilement érodé et lessivé, contribuant ainsi au retour rapide des éléments tels que nitrates et phosphore vers les cours d’eau.

Pour engager la réflexion sur ce sujet et pour faire suite à l’intervention de Claude et Lydia Bourguignon, microbiologistes réputés, à Mohon en octobre dernier, Le Syndicat Mixte du Grand Bassin de l’Oust a organisé hier lundi 14 novembre sur une parcelle de Daniel Eon, agriculteur à Evriguet, une rencontre de sensibilisation à destination des agriculteurs et de techniciens de coops ou négoces locaux. Environ 35 personnes étaient présentes sans compter une vingtaine d’élèves BAC Pro 2ème année « systèmes des exploitations » de la Maison Familiale Rurale de Questembert.

L’intervenant, Yves Hardy, conseiller à Agrobioconseil a pu donner quelques repères après avoir insisté sur les bases agronomiques et sur la caractérisation des différents types de sols et d’humus. « En général, vous possédez des sols qui sont chargés de matière organique, autant de réserve pour produire, mais votre façon de travailler le sol ou les apports que vous réalisez ne permettent pas toujours d’utiliser ces réserves de façon optimale », a voulu faire comprendre le technicien. S’appuyant sur une fosse creusée pour l’occasion il a aussi insisté sur la nécessité de réaliser chez soi à la bêche de simples profils afin d’observer in situ l’état du sol et la nécessité ou d’intervenir mécaniquement (décompaction, fissuration ou travail superficiel). Un trou de 40 cm de profondeur peut suffire à observer le compactage, la porosité, le développement des racines, l’état de dégradation des résidus des cultures précédentes qui peuvent parfois devenir pathogènes  si enfouis trop profond et sans oxygène. Les agriculteurs ont pu poser leurs nombreuses questions sur les apports d’amendements calciques, sur la fertilisation et les apports de fumiers, lisiers, composts, spécialités commerciales…ainsi que sur le positionnement des couverts végétaux et des bénéfices qu’ils apportent.

 

   

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sol et bon état écologique : Une journée de formation et de conférence avec Claude et Lydia Bourguignon s’est déroulée le 24 octobre sur le SMGBO


Dans le contexte général de diminution des intrants, lié à l’évolution de la réglementation (réduction des flux de nutriments (nitrates et phosphore) à l’exutoire des bassins versants, Ecophyto 2018), ou encore au contexte économique défavorable, un des enjeux pour les agriculteurs est de réussir à diminuer les intrants en conservant la fertilité des sols.

Une meilleure connaissance de la vie du sol (sa formation, sa maturité, sa mort), du rôle des micro-organismes et des pratiques favorables à son fonctionnement participe à l’objectif d’amélioration de la qualité de l’eau, de la lutte contre l’érosion, de la limitation des transferts de polluants vers les cours d’eau et de la lutte contre les inondations.

Pour les agriculteurs et les techniciens, une journée de formation…

Le 24 octobre 2011, salle polyvalente de Mohon,  une journée de formation a permis à Claude et Lydia Bourguignon, agronomes et microbiologistes de renommée internationale, de sensibiliser une trentaine d’agriculteurs, techniciens de bassins, techniciens de coopératives ou de négoces sur la nécessité de prendre en compte la matière organique du sol mais aussi des micro-organismes (bactéries, champignons, microfaune) qui vont la digérer. Les intervenants ont insisté sur la gestion des apports de matière organique (engrais de ferme, résidus de culture) non pas dans le but de « nourrir la plante » directement mais avant tout d’optimiser le fonctionnement du sol afin que les cultures puissent bénéficier des réserves potentielles déjà en place ou apportées ultérieurement.

La matinée s’est déroulée en salle pour aborder les principes fondamentaux, l’après-midi a été consacré à l’observation sur le terrain de 2 profils de sol réalisés sur des parcelles d’Eric Launay, agriculteur à Mohon et Samuel LeCrom, agriculteur sur Guilliers avec pour objectif l’observation de l’incidence des pratiques culturales sur le tassement du sol, sur le développement des racines et sur les possibilités d’utilisation des réserves plus profondes.

A destination du grand public et des acteurs du territoire, une soirée conférence…

Cette journée s’est terminée par une conférence à destination de l’ensemble des acteurs du territoire du Grand bassin de l’Oust, Elus, agriculteurs et particuliers invités au centre culturel de Josselin avec une version plus globale et vulgarisée des problèmes de sol tant au niveau régional qu’international.

Devant une cinquantaine de personnes, la conférence, initiée par l’IAV (Institut d’Aménagement de la Vilaine) accompagné par le Syndicat Mixte du Grand Bassin de l’Oust a permis à Michel Demolder, Président de la Commission locale de l’Eau d’exposer les priorités sur les bassins versants intégrés au SAGE Vilaine (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux). Claude et Lydia Bourguignon ont sensibilisé le public sur la perte des sols en France. Jean-François Guérin, Président de l’IAV, a conclu en souhaitant que des essais puissent être réalisés afin d’adapter localement les conseils des deux microbiologistes.

 

   

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Programme Breizh Bocage sur le Bassin Versant de l'Yvel-Hyvet

 Le bocage est un moyen efficace de lutter contre les transferts de phosphore et donc contre les problèmes d'eutrophisation du Lac au Duc.


Téléchargez la Plaquette Breizh Bocage

 Téléchargez le Programme Breizh Bocage Yvel

 Téléchargez la carte d'Avancement Breizh Bocage Volet II

Les agriculteurs des communes de Mauron puis de Merdrignac seront prochainement contactés par les techniciens du GBO.

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les conséquences du classement "3B1" du Bassin Versant de l'Yvel-Hyvet

Les 4 Préfets bretons ont déterminé les critères d'instruction des dossiers ICPE par rapport au phosphore. Même si les modalités de prise en compte du bocage restent à définir, il apparait que celui-ci sera obligatoire à partir de 2013.

 Lettre Instruction phosphore

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Les Bulletins de Santé du Végétal :

Les Travaux du Grenelle de l’Environnement ont donné lieu à l’émergence du Plan Ecophyto 2018. L’Axe 5 de ce plan d’action régional consiste à renforcer les réseaux de surveillance biologique du territoire et à publier le bulletin de santé du végétal. Ce bulletin remplace les anciennes publications qu’étaient les « avertissements agricoles » et vous permet d’avoir la tendance hebdomadaire de la situation sanitaire régionale en fonction des cultures suivies et des observations centralisées. Il est ainsi possible d’adapter le raisonnement des itinéraires techniques afin de limiter au strict nécessaire l’utilisation  des produits phytosanitaires.

 

Désormais, depuis mai 2010, 4 types de BSV sont régulièrement réalisés et mis à jour par semaine ou par quinzaine :

-          grandes cultures,

-          légumes (frais, industriels et pomme-de-terre),

-          cultures ornementales et zones non-agricoles, notamment à destination des communes bretonnes,

-          fruits transformés-arboriculture.

 

Retrouvez ces BSV sur le
site de la draaf

 

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rencontre « Bout de champs » sur le thème du désherbage mécanique

 

51 personnes se sont déplacées sur les deux rencontres bout de champs sur le thème du désherbage mécanique à Bruc sur Aff le 23 mai et à Carentoir le 25 mai. Le houe rotative était l'outil mis en avant lors de ces deux rencontres. Agrobio 35 et le GAB 56 ont animé ces deux matinées en présentant les différents outils possibles pour un désherbage alterné ou tout mécanique. La houe rotative (Hatzenbichler) de l'ETA HAMON de Guer a effectué le travail sur les parcelles.

 

 

©2011 Syndicat Mixte du Grand Bassin de l'Oust | Lexique | Partenaires | Mention légales | Création : Concepteur-internet.fr
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En Savoir + OK