Syndicat mixte du Grand Bassin de l'OustAgricoles
⇒Thème phytosanitaire
  ⇒Utiliser son CPAR : Matières actives
Adapter les produits en fonction du risque parcellaire

Le diagnostic des parcelles vis-à-vis des risques de ruissellement des produits phytosanitaires est réalisé selon une méthode validée par la CORPEP (Cellule d’Orientation Régionale pour la Protection des Eaux contre les Pesticides), adaptée exclusivement au contexte breton.

Ce classement permet de regrouper les parcelles de l’exploitation selon 3 classes de risques en fonction :
- de leur emplacement par rapport au cours d’eau,
- de la pente d’écoulement,
- de la présence ou non de drainage,
- du pourcentage de pente,
- de la présence ou non d’une protection avale (talus, bois, couvert herbacé).
De leur côté, les molécules herbicides des céréales à paille et du maïs et les spécialités commerciales sont classées en 3 groupes par la CORPEP, selon leur potentiel de mobilité par ruissellement :
groupe 1 : risque de transfert faible
groupe 2 : risque de transfert moyen
groupe 3 : risque de transfert fort
Pour chaque matière active, le groupe est affecté en fonction :
-de sa dose homologuée d’utilisation par hectare,
-de son temps de dégradation (temps de demi-vie, DT50)
-de son pouvoir de fixation sur le sol.
Le principe consiste ensuite à s’appuyer sur la correspondance faite entre les groupes de molécules et les niveaux de risque des parcelles diagnostiquées, selon le tableau suivant : Pour les spécialités commerciales contenant plusieurs matières actives, c'est le classement de la molécule le plus pénalisant qui définit le groupe de la spécialité commerciale. exemple : spécialité commerciale composée de
matière active X classée dans le groupe 1
matière active Y classée dans le groupe 2
matière active Z classée dans le groupe 3
Le groupe de cette spécialité commerciale sera le 3

Vous pouvez obtenir la liste des substances actives herbicides céréales ici
et maïs classées selon leur risque de transfert ici

Imprimer cette fiche