Syndicat mixte du Grand Bassin de l'OustAgricoles
⇒Thème phytosanitaire
  ⇒Gérer les résidus de produit après le traitement
Que reste-t-il après un traitement phytosanitaire ?

Les textes réglementaires de référence
Code de l’environnement (tout rejet nuisible avec effet sur la santé, la faune, la flore est passible d’une amende)
Arrêté du 12 septembre 2006
Anomalie possible dans le cadre de l’Ecoconditionnalité : non

En pratique :

Gérer le fond de cuve du pulvérisateur

Un bon réglage du pulvérisateur et un bon dosage eau/produit permettent de limiter le fond de cuve après traitement. (lien fiche contrôle pulvé)

L’arrêté du 12 septembre 2006 autorise la gestion sur la parcelle traitée du fond de cuve. Il suffit pour cela de diluer le fond de cuve par 5 fois son volume d’eau claire. Il est donc impératif d’équiper le pulvérisateur d’une cuve de rinçage.
Il faut s’assurer que « la dose totale appliquée au terme des passages successifs ne dépasse pas la dose maximale autorisée pour l’usage considéré ».

 

Cuve de rinçage installée
sur le pulvérisateur

 

Cette dilution sera réalisée en deux fois pour plus d’efficacité (dilution par la moitié du volume de la cuve de rinçage, agitation, épandage à grande vitesse sur la parcelle jusqu’au désamorçage de la pompe, et opération réitérée avec la deuxième moitié).

Vidanger le fond de cuve
Attention : une eau contenant des produits phytosanitaires est considérée comme un Déchet Industriel Spécial hors de la parcelle agricole où elle est utilisée.
Selon l’arrêté du 12 septembre 2006, la vidange du pulvérisateur est autorisée :
- après plusieurs dilutions du fond de cuve (voir ci-dessus), de façon à ce que la concentration de la bouillie soit divisée par 100 par rapport à la concentration initiale de la bouillie
- sur une surface perméable, non saturée en eau, en l’absence de précipitations (de façon à empêcher tout entraînement par ruissellement), éloignée de plus de 50 m des points d’eau, caniveaux et bouches d’égouts, et éloignée de plus de 100 m des points de prélèvements d’eau destinée à la consommation humaine ou animale et lieux de baignade.
Cette surface ne peut recevoir la vidange du pulvérisateur qu’une fois par an.
Nettoyer le pulvérisateur (rinçage externe)
Le rinçage externe du pulvérisateur est autorisé si :
- au moins un rinçage interne a été effectué selon les prescriptions ci-dessus
- les distances aux points d’eau sont respectées (au moins 50 m de tout point d’eau, et 100 m des points de prélèvements d’eau destinée à la consommation humaine ou animale)
- le sol est capable d’absorber ces effluents (pas de parcelle en pente, pas de sol saturé en eau ou gelé, ….)
- pas plus d’une fois par an sur la surface retenue
Des dispositifs de type lance haute pression embarqués sur le pulvérisateur existent : ils permettent le nettoyage externe du pulvérisateur au champ :
Faut-il construire une aire de rinçage du pulvérisateur ?
NON ! Une aire de rinçage du pulvérisateur ne se justifie pas dans la plupart des cas.
En effet, il est interdit de rejeter les effluents phytosanitaires collectés dans le milieu, ou dans une fosse à lisier par exemple.
Si les effluents phytosanitaires sont récupérés dans une cuve de stockage : ils doivent être soumis à un traitement par un système approprié et validé (type biobac, unité mobile de traitement physico-chimique…). Tous les systèmes de traitement (et le devenir de leurs résidus) ne sont pas à ce jour validés par le Ministère de l’Ecologie.
Gérer les bidons vides
Il est strictement interdit de brûler, d’enfouir, ou d’abandonner des bidons de produits phytosanitaires, même vides.
Pour connaître les dates et lieux de collecte des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires (EVPP) et Produits Phytosanitaires Non Utilisables (PPNU) :
http://www.adivalor.fr/collectes/emballages_vides.html
Imprimer cette fiche