Syndicat mixte du Grand Bassin de l'OustAgricoles
⇒Thème fertilisation
  ⇒Comprendre son PPF
Lire et s’approprier son plan prévisionnel de fumure
Définition

Le plan prévisionnel de fumure est un document annuel, établi au début de chaque campagne, et qui récapitule les besoins de chaque parcelle de l’exploitation et la façon dont ces besoins seront couverts. Le plan prévisionnel de fumure est donc un outil de raisonnement de la fertilisation dont le but est de fournir à l’agriculteur, un conseil de fertilisation pour chacune de ses parcelles.


En aucun cas, le plan prévisionnel de fumure ne doit rester un document strictement administratif. Les conseils de fertilisation à la parcelle qu’il contient ont naturellement vocation à s’appliquer sur le terrain sauf si des évènements imprévus viennent perturber le déroulement de la campagne culturale.

Méthode

Quels que soient les prestataires et les outils informatiques, le plan prévisionnel de fumure doit s’appuyer sur « la méthode du bilan », qui vise à mettre en équilibre les besoins de la culture et les différents apport d’azote, par le sol (fournitures du sol), par les effluents (apports organiques) et par les engrais (apports minéraux)



- Besoins de la culture


QIls sont calculés pour chaque culture à partir du rendement que l’on multiplie par un coefficient d’exportation d’azote propre à chaque culture (par exemple, 3 Kg d’azote exporté par quintal de blé récolté). Au besoin d’azote aini calculé, on ajoute une quantité d’azote correspondant à ce qui reste fixé par le sol quel que soit le prélèvement par la culture.


- Apports d’azote


   Les fournitures du sol


Elles rassemblent différents postes liés à l’historique de la parcelle et aux conditions pédo – climatiques. Elles constituent un apport d’azote important et trop souvent négligé.


     Les apports organiques


La quantité d’azote apportée par un effluent varie selon la nature et la composition de cet effluent (teneur en azote) et selon la période d’apport. Tout l’azote organique n’est pas efficace dès la 1ère année.


     Les apports minéraux


Les quantités d’engrais à apporter se déduisent de l’équation suivante :


En fonction de la hauteur des apports organiques, les apports minéraux peuvent se révéler inutiles.

Réglementation

- Directive Nitrates


Le territoire Breton étant intégralement classé en zone vulnérable, la réalisation d’un plan prévisionnel de fumure s’impose à tous les agriculteurs bretons depuis 2005. Chaque année, ce plan prévisionnel de fumure doit être réalisé avant le 31 mars.

L’azote organique épandu par hectare de S.D.N. (Surface directive nitrate = Surface Potentiellement Epandable + Pâtures Hors SPE.). ne doit pas dépasser 170u/ Ha.(sauf si mesures de résorption)


Les apports azotés totaux (minéral + organique) ne doivent pas dépasser 210u/ Ha de S.A.U. dans les Zones d’action complémentaires.


La culture implantée après un retournement de prairie ne peut être fertilisé en azote (minéral ou organique) durant l’année qui suit le retournement.


- Conditionnalité P.A.C


La présence de tous les ilots culturaux dans le plan de fumure prévisionnel est exigée. Le document doit comporter au minimum pour chacun d’entre eux :



- Contrôle


Même s’il confie la réalisation de son plan prévisionnel de fumure à un prestataire, l’agriculteur reste responsable du contenu de ce document. Il est donc primordial de s’approprier cet outil pour ne pas être pris au dépourvu le cas échéant.

Imprimer cette fiche